Publicité

Première équipe qualifiée pour les quarts de finale de la Can U17, le Sénégal affiche déjà ses ambitions pour «Algérie 2023». Ce qui n’était pas évident au départ, avec une préparation assez poussive. Mais entretemps, le discours et la méthode du sélectionneur, Serigne Saliou Dia, sont passés par là.

Publicité

Pour mieux protéger ses gamins par rapport à l’euphorie née de la dynamique de succès du football sénégalais, avec les sacres des Lions à la dernière Can, des Lions du beach soccer, des Locaux au Chan et des Lionceaux U20, le sélectionneur des U17 a surtout misé sur le discours. En insistant sur la «fragilité» et la jeunesse de son équipe.

«Il ne faut pas mettre la pression sur les enfants», avait lâché Serigne Saliou Dia (SSD) avant le début de la 14e édition. Une manière de tempérer les ardeurs de ceux qui voient déjà un autre sacre du football sénégalais en Algérie.
Une prudence d’autant plus grande que les Lionceaux n’ont pas été rayonnants lors de leurs matchs de préparation. Avec seulement deux victoires en six matchs, avec des failles notées sur les plans offensif et défensif, «SSD» avait des soucis à se faire. Surtout que le technicien sénégalais n’a pas été épargné par les tests Irm qui ont affecté en partie son arrière-garde.

C’est donc un peu dans l’incertitude qu’il a débarqué en Algérie avec ses gamins qui devaient plonger dans une compétition qui n’a jamais souri aux U17 sénégalais, qui ont échoué lors des éditions de 2011 et 2019.

Après le discours du coach où on retrouve les mêmes mots «humilité, respect de l’adversaire, concentration», place à la méthode afin d’éviter que les coéquipiers de Amara Diouf se loupent d’entrée. Surtout quand on est dans la même poule que le pays-hôte.

Déjà à un match d’une première Coupe du monde U17

A cet exercice, l’ancien sélectionneur des U23 a réussi sa première sortie en domptant d’entrée le Congo Brazzaville (1-0). Un succès il est vrai décroché avec quelques difficultés, mais qui finalement aura été bénéfique pour les Lionceaux. Qui forts des enseignements du match contre les Diables Rouges, sont montés en puissance, lors de leur deuxième sortie, en donnant une leçon de football au pays-organisateur (3-0).

Une belle victoire ou plutôt un coup tactique de Serigne Saliou Dia et qui donne droit à ses jeunes joueurs de se hisser déjà en quarts de finale, en attendant leur dernier match de poule contre la Somalie, ce vendredi.

Les quatre demi-finalistes étant directement qualifiées pour la prochaine Coupe du monde U17, on mesure l’enjeu de ces quarts programmés la semaine prochaine et où le Sénégal, s’il reste leader de sa poule, devrait affronter l’équipe classée 3e des groupes B ou C, le mercredi 10 mai.

Avec déjà 2 buts, Amara en course pour battre le record de Osimhen

Motivés par le président de la Fédé foot, Me Augustin Senghor, qui a gonflé leurs primes après leur qualification, les Lionceaux attendent donc sereinement leur prochaine sortie où ils pourront à nouveau compter sur leur capitaine et maître à jouer, Amara Diouf. Le prodige de Génération Foot, qui a déjà inscrit deux buts, peut, malgré la concurrence, logiquement nourrir l’ambition de battre le record d’un certain Victor Osimhen. L’attaquant nigérian de Naples ayant inscrit 4 buts lors de l’édition 2015. Un nombre de réalisations pas si élevé, mais jusqu’ici jamais dé­passé. Mais au rythme où Amara Diouf marche sur l’eau, rien ne semble l’arrêter ; même les grosses vagues sont domptées par «l’enfant à tout faire» des Lion­ceaux qui est devenu…grand.

SourceLequotidien
Article précédent“Nous attendons une offre du TP Mazembe pour Alioune Badara Faty” (Président Casa)
Article suivantCAN U17 : Nur Mohamed Amin, entraîneur de la Somalie : «Nous espérons gagner contre le Sénégal»

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici