Publicité

Avant le voyage de la sélection bolivienne à Orléans, le sélectionneur intérimaire de La Verde évoque l’adversaire sénégalais. Et il n’y va pas de main morte.

Publicité

Avant-dernière des qualifications dans la Zone Amérique du Sud, la Bolivie n’a pas réussi à décrocher son ticket pour la Coupe du Monde. Une logique respectée puisqu’elle n’a plus joué une phase finale d’un Mondial depuis l’édition de 1994, aux États-Unis. Ainsi, en affrontant les Champions d’Afrique, qualifiés pour leur seconde Coupe du Monde d’affilée, La Verde se lance le défi de se mesurer à un grand d’un autre continent.

A quatre jours de ce rendez-vous amical prévu au Stade de La Source d’Orléans, le sélectionneur qui assure l’intérim de Gustavo Costas semble avoir l’idée de comment affronter la meilleure équipe d’Afrique. « La Bolivie a une richesse technique quand il s’agit de jouer, et elle doit en profiter. Le Sénégal est une équipe forte physiquement, avec des transitions très rapides, explosives, et avec des joueurs qui jouent tous dans la cour des grands », constate Pablo Escobar dans la presse locale.

Avant d’ajouter : « La meilleure chose que la Bolivie puisse faire c’est avoir le ballon et faire le lien entre les joueurs qui sont sur le terrain. Les joueurs sénégalais jouent un football direct, il faut avoir le ballon. Le Sénégal est une équipe qui, lorsqu’elle est pressée, devient brouillonne et assez désordonnée. C’est ce que nous avons vu, mais elle reste une sélection de premier plan. »

Interrogé sur l’importance de cette rencontre, celui qui est toujours sélectionneur des petites catégories de la sélection bolivienne veut que ses joueurs se fassent valoir contre les Lions. « Ce match sert à ce qu’ils (les joueurs) puissent montrer qu’ils peuvent rivaliser avec ceux qui jouent dans la cour des grands, qui vont disputer une Coupe du Monde. C’est un match amical de grande valeur, c’est très important au niveau international. »

SourceWiwsports
Article précédentTanière : Habib Diallo ne viendra pas remplacer Keïta Baldé !
Article suivantDécouverte : Ismail Jacobs, le « messie » de la gauche ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici