Publicité

L’ancien international australien, Tim Cahill entré dans l’histoire le 12 juin 2006 en marquant le premier but de son pays dans une phase finale de coupe du monde, contre le Japon, est aujourd’hui l’ambassadeur du Mondial Qatari. C’est avec ce statut qu’il s’est adressé à la presse internationale dans le salon VIP du stade Janoub de Doha. Et selon l’ancien joueur d’Everton (Premier League), le Sénégal peut bien terminer leader de sa poule composée des Pays-Bas, du Qatar et de l’Equateur. Morceaux choisis.

Publicité

EQUIPES D’ASIE

«C’est vraiment important de mettre en valeur les pays asiatiques que nous avons dans ce tournoi et ce sont des équipes très compétitives. Quand on parle du Japon, de la Corée du Sud, il y en a qui auraient aussi pu gagner la Coupe d’Asie. Mais participer au plus grand évènement sportif au monde est avant tout un privilège. Le fait que l’Australie se qualifie pour la Coupe du monde, je l’ai toujours dit, c’était comme gagner une coupe du monde parce que l’impact que cela crée chez les garçons et les filles est très important. Le défi de la Coupe du monde est plus difficile parce qu’évidemment, les talents dépendent de l’endroit où les joueurs jouent. Par exemple, le Japon, ils ont beaucoup de joueurs qui jouent partout dans le monde, certains en Premier League, aussi pour l’Australie, nous n’avons pas changé. Donc, dans l’ensemble, l’essentiel c’est de participer et de faire de son mieux dans ces trois matchs pour avoir un impact sur la première Coupe du monde à laquelle j’ai joué, nous avons obtenu quatre points en Allemagne. Nous avons joué notre deuxième coupe du monde en 2010. En Afrique du Sud, nous avons quatre points d’engagement. Donc vous devez penser à la situation dans son ensemble, à savoir qu’il s’agit d’un tournoi d’un mois. Cela doit avoir un impact plus important sur le pays. Pour l’Australie, nous organisons la prochaine coupe du monde féminine. Notre présence est au Qatar est donc importante».

OPINION SUR LE GROUPE C (ARGENTINE, MEXIQUE, POLOGNE, ARABIE SAOUDITE) ET GROUPE D (AUSTRALIE, DANEMARK, France ET TUNISIE)

Une coupe du monde ne se résume pas aux équipes que vous affrontez, quels que soient les pays. Les gens regardent le groupe de l’Australie, la France, le Danemark et la Tunisie. Ils vont passer parce que la Tunisie et l’Australie ne sont pas aussi bonnes. Mais, il y aura un moment dans le jeu où tout peut changer. Le football est un grand jeu qui dépasse la passion et tactiquement dans la coupe du monde, c’est plus que trois matchs. Quand je parle de football, j’essaie d’en parler d’un point de vue académique de quelqu’un qui étudie le jeu que vous devez faire l’entraîneur de licence pro. Le contexte sera la façon dont le manager et l’équipe gèrent la pression pour obtenir certains points qui vous permettent juste de passer la première phase».

JOUEURS AFRICAINS

Quand vous allez au Libéria et dans les pays africains, il suffit de laisser tomber la balle, vous verrez des enfants jouer partout. Le talent est là et vous créez un incroyable vivier de talents avec différents profils. Vous voyez maintenant des joueurs qui jouent dans les plus grandes ligues du monde. Quand vous avez Mané (Sadio). Avant lui, il y a eu Samuel Eto’o, George Weah, Fadiga, tous ces types de joueurs qui sont des légendes dans différents pays, essaient d’inspirer la prochaine génération. Ils essaient tous d’améliorer leurs fédérations. Avec Wakaso, nous avons la chance de l’avoir en Belgique. Le football a un don incroyable. Au Ghana et de l’Afrique en général, vous produisez beaucoup de choses incroyables et vous avez une plate-forme sur laquelle vous pouvez concourir au plus haut niveau parce que quand vous avez des pays comme le Sénégal, le Cameroun».

LE BRÉSIL, FAVORI DE LA COUPE DU MONDE

«Le Brésil est évidemment un favori pour remporter la coupe du monde. Quand on regarde les équipes, la façon dont elles se sont constituées et que l’on regarde certains joueurs qui signent pour les plus grands clubs du monde, quand j’entends Kathleen, Kaka parler du Brésil, tous ces ex joueurs comme Ronaldo et Roberto Carlos, ils sont très passionnés au Brésil. C’est une passion qui dépasse tout. Mais encore une fois, cela dépend de la sélection de l’équipe. Il faut aussi que Neymar et les joueurs s’entendent bien. Potentiellement, ils ont sept matchs à jouer. Ils ont du talent, il y a deux ou trois joueurs pour chaque position et il y a aussi des jeunes qui doivent prendre des décisions. La performance est très importante avant la coupe du monde, ce qui affectera beaucoup de pays parce que c’est une saison unique qui a commencé. Je pense que ce sera une haute performance, une coupe du monde tactique avec beaucoup de buts, beaucoup de compétitivité, beaucoup de surprises».

«LE SÉNÉGAL PREMIER DE SON GROUPE»

«Le Sénégal pourrait sortir premier de ce groupe en battant même les Pays-Bas. Vous avez vu dans le passé les bouleversements qui peuvent arriver. Il y aura certainement quelques chocs. Je n’arrête pas de le dire de cette coupe du monde parce que c’est probablement le cas. Ça va être du plus haut niveau. J’ai joué ma dernière coupe du monde à 37 voire 38 ans. Mon rôle était différent. Avant, j’avais plus d’impact sur le terrain, mais aussi un mental. Mais quand on m’en a redonné l’occasion, j’étais un exemple sur et en dehors du terrain. Donc, envisager de se venger n’est probablement pas la bonne façon d’essayer d’atteindre son objectif. L’Italie en est une parfaite illustration. Elle a remporté l’Euro mais n’a pas pu se qualifier pour la deuxième coupe du monde d’affilée. Certains pays ont des histoires riches de succès. Mais avoir la meilleure équipe ne veut pas dire gagner. Cela dépend de la culture que vous créez au sein d’un groupe. Cela dépend du chemin parcouru au cours de ces deux années pour se qualifier pour la coupe du monde. Donc, la coupe du monde n’est qu’une petite partie de votre puzzle».

L’AFRIQUE ARRIVE AVEC 5 TECHNICIENS LOCAUX

«Le niveau de coaching dans les pays africains est développé. Vous produisez vos propres talents. Samuel Eto’o à la tête de la Fédération a promis de donner de l’empreinte au pays. Il le fait de bas en haut et investi sur ses propres entraîneurs et des personnes en qui il a confiance. C’est un gros atout. Mais, cela ne veut pas dire que vous allez déjà marcher sur du Brésil parce qu’il a des joueurs expérimentés».

IMPACT DE LA COUPE DU MONDE SUR LE QATAR

«Le plus grand impact sera de savoir quelle sera la première étape du parcours du Qatar dans cette coupe du monde. Je sais que c’est le cas aussi pour l’Australie et maintenant c’est à la fédération de le traduire en une toute nouvelle ère. Mais l’objectif principal du Qatar sera un deuxième historique».

SourceSudquotidien
Article précédentLigue des champions- Pavard : “Avant le match, Sadio Mane a pris la parole dans le vestiaire”
Article suivantLigue des champions CAF- La LSFP offre 1 million au Casa Sports

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici