Publicité

La Fsf, prenant « acte des raisons évoquées par (le) médecin » de Newcastle, informe que « d’une part, Papis Cissé et Demba Bâ ont pris part à l’intégralité du match (contre Westham). D’autre part, si Demba a eu l’accord de l’entraineur national (Mayacine Mar) pour rester dans son club, tel n’a pas été le cas pour Cissé ». « Il appartiendra à notre médecin d’examiner le joueur Cissé pour prendre une décision. Conformément aux dispositions de la Fifa. Nous sommes obligés de maintenir sa convocation et d’exiger sa présence effective au lieu de regroupement à Niamey ». Selon nos confrères de L’Observateur, ce refus se justifie dans son annexe 1, article 4 de la fédération qui dit : « Un joueur ne pouvant pas satisfaire à une convocation de l’association qu’il est autorisé à représenter, sur la base de sa nationalité, en raison d’une blessure ou d’une maladie doit, à la demande de cette association, se soumettre à un examen médical auprès d’un médecin que celle-ci aura choisi. Si le joueur le souhaite, l’examen médical peut avoir lieu sur le territoire de l’association auprès de laquelle il est enregistré ». Pour la Fsf, cette condition n’a pas été remplie. Elle a alors adressé une lettre, datée du 13 novembre 2012, à Newcastle et menacé de saisir la Fifa, selon nos confrères.

Publicité

Là où le bas blesse, c’est que « les dirigeants sénégalais ont tout mélangé. Dans la lettre (la première datée du 12 novembre), ils disent que Papis a disputé l’intégralité du dernier match de Newcastle (contre Westham, 0-1) alors que le joueur n’est pas revenu des vestiaires à la mi-temps (il a été remplacé par Shola Ameobi à la 46ème mn, Ndlr) ». Une autre faille constatée dans l’argumentation de la Fsf est, selon les sources de l’Obs, que « la fédération sénégalais de football dit avoir mis au repos Demba Bâ qui a disputé l’intégralité du match contrairement à Papis. C’est paradoxal ». D’après lui, « Papis a donné, par fax, par mail, tous les justificatifs à la Fsf et au médecin des Lions. Une saisine de la Fifa vise à sanctionner le joueur et non le club ».

Selon l’Obs, « le règlement du statut et du transfert du joueur annexe 1, article 5, de la Fifa, dans le chapitre « restriction de jeu », stipule : « Un joueur qui a été convoqué par son association pour l’une de ses équipes représentatives (sélection nationale, Ndlr) n’a pas le droit de jouer avec le club auprès duquel il est enregistré pendant le temps que dure sa mise à disposition au sens de la présente annexe, à moins d’un accord avec l’association concernée. Cette restriction de jeu est de surcroit prolongée de cinq jours si le joueur n’a pas voulu ou n’a pas pu se conformer, pour des raisons quelconques, à la convocation dont il était l’objet ». Les attaques contre la capitaine des Lions a donc pour but de la jeter en pâture au peuple. « Dans un premier temps, ils ont fait savoir que Papis était injoignable. Depuis son installation, le coach intérimaire (Mayacine Mar, Ndlr) n’est pas entré en contact avec le joueur ni pour le remobiliser ni pour lui décliner ses objectifs encore moins pour la convocation. En plus, certains joueurs de l’équipe nationale ont le numéro de Papis et sont en contact permanent avec lui. C’est une question de management » a conclu l’interlocuteur de nos confrères.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici